Posted by People Development Management

ÉTUDE SALARIALE COMPARATIVE DANS LE SECTEUR DES ONG INTERNATIONALES AU SENEGAL

images (1)
Share on LinkedIn0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0Email this to someone

Peu de femmes, un écart de rémunération pouvant aller de 1 à 4 sur un même poste, des augmentations basées davantage sur le coût de la vie que sur la performance, voilà quelques-uns des enseignements de notre grande étude salariale comparative/ONG exclusive…

 

People Development a sollicité 32 Institutions et ONG internationales ou régionales basées à Dakar, 14 d’entre elles ont accepté de participer à l’étude. La méthode utilisée a été celle dite des « emplois repères ». Elle facilite la comparaison d’emplois types et assez normés au sein d’organisations pouvant être très spécifiques.

Les principaux résultats ont été diffusés aux participants il y a quelques mois.  Nous sommes heureux de partager aujourd’hui un extrait de ces données.

Anachronisme et inadaptation du référentiel

Les ONG locales, régionales et institutions internationales du panel se réfèrent encore pour la plupart à la convention collective du commerce et aux grilles catégorielles liées datant de plus de 40 ans. Cela conduit beaucoup d’entre elles à devoir adjoindre aux « salaires de base » de cette classification catégorielle, divers compléments de salaires, comme des primes ou indemnités spécifiques et un « sursalaire » qui peuvent, cumulés, atteindre jusqu’à…35 à 40 fois le salaire de base du poste !

Ecarts et dispersion importants de salaires au sein des plus hautes catégories d’emploi 

A titre d’exemple, les données relevées pour les postes de Directeur Exécutif ou Directeur Général indiquent que les salaires bruts mensuels déclarés par les organisations enquêtées varient entre le minimum de 1.545.324  Francs CFA (2 356 €), et le maximum de 5.089.078 Francs CFA (7 758 €), avec une dispersion[1] de 1.354.955 Francs CFA (2 066 €). Idem pour le poste Directeur de Programmes dont le minimum déclaré est de  2 291 756 Francs CFA (3 494 €) et le maximum de 4 985 655 Francs CFA (7 600 €) , avec lequel la dispersion est encore plus forte 1.670.675 Francs CFA (2 547 €).

Très faible féminisation des postes de direction

Un seul des postes de Directeur Exécutif comparés est occupé par une femme. Même constat pour les postes de Directeur des Programmes et de DAF : respectivement occupés par 1 et par 2 femmes.

Pauvreté des modes de rétribution de la performance et des package proposés

 Les critères d’augmentation des salaires sont très peu axés sur les performances. En reconsidérant par exemple les données des DAF, des Directeurs de Programmes et des Directeur Exécutifs,  seules 2 à 3 organisations ont indiqué le mérite et le rendement individuel comme paramètre principal d’augmentation de salaire. Les autres se basant plutôt sur l’ancienneté, le cout de la vie, les fluctuations du marché et des financements des bailleurs de fonds.

Enfin les contenus des packages de rémunération comparés manquent singulièrement de variété et d’imagination, et sont extrêmement peu individualisés dans le cadre de politiques de rétention des meilleurs éléments.

Ces résultats sont-ils conformes a l’idée que vous faites des rémunérations dans ce secteur au Sénégal? Quelles pratiques existent au sein de vos organisations pour rendre les packages plus incitatifs et retenir les talents?

 

[1] On appelle dispersion, la tendance qu’ont les valeurs d’une suite à s’étaler, à se disperser les unes par rapport aux autres ou de part et d’autre d’une valeur centrale.

Share on LinkedIn0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on Facebook0Email this to someone
Tags: , ,

About Author

Write a Reply or Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *